Téléchargement du guide :

Les 10 points clés auxquels doit répondre votre logiciel de recouvrement de créances et de credit management

Comment choisir un logiciel de recouvrement de créances ?

Pour accélérer l’entrée de cash, il est nécessaire d’organiser une approche qui soit à la fois globale et systématique. Pour cela, il s’agit de disposer d’un outil permettant de centraliser l’information, d’affecter les opérations aux bons collaborateurs et d’automatiser les tâches répétitives afin de concentrer les équipes sur les actions à valeur ajoutée.

URIOS-BEIC, éditeur de Cash & Credit, le logiciel de référence en la matière, vous livre les 10 points clés auxquels doit répondre votre logiciel de recouvrement de créances et de credit management.

Il a rédigé ce guide pour vous

Olivier Blandin
DGA en charge du pôle Software
URIOS – BEIC

Sommaire du guide

1. Efficacité prouvée
2. Vision client à 360° partagée
3. Gestion du risque client
4. Automatisation fine et facile
5. Résolution des litiges
6. Consolidation et déconsolidation des comptes
7. Reporting opérationnel et stratégique
8. Conçu pour l’international
9. Suivi des prévisionnels d’encaissements
10. Capacité de montée en charge et puissance de l’outil

Extrait du guide

1. Efficacité prouvée

S’appuyer sur un outil fiable et disposant de retours d’expériences

La performance de l’outil doit pouvoir être mesurée sur 3 axes principaux.

– Tout d’abord, le logiciel doit être en mesure d’apporter une amélioration notable en matière d’accélération de l’entrée de cash. Plusieurs indicateurs expriment cette performance, comme la diminution de l’encours, la baisse du DSO ou la réduction du taux ou du montant d’échu par exemple.

– D’autre part, la mise en place d’un tel outil doit engendrer un gain de productivité pour vos équipes : celui-ci doit être significatif, afin de pouvoir dédier vos ressources à des tâches à plus forte valeur ajoutée.

– Enfin, vous devez être en mesure d’évaluer un retour sur investissement (ROI), en mois, à la suite de la mise en place de cet outil. Les gains de cash et de productivité générés par votre logiciel doivent en effet vous permettre d’autofinancer les coûts de setup ainsi que les coûts récurrents dans de courts délais.

La plus-value de Cash & Credit

Une PME réalisant un CA de 10M€ et dont le DSO est de 80 jours, voit en moyenne son encours échu diminuer de 50%, soit un gain de trésorerie de 613 480€.

Une ETI qui réalise un CA annuel de 200M€ avec un DSO de 70 jours, observe son encours échu diminuer de 25% en moyenne, ce qui équivaut à un gain de trésorerie de +5,3M€.

Cash & Credit est une solution qui est amortie rapidement : le coût annuel de l’outil peut l’être en 3 mois seulement pour une équipe de 5 chargés de recouvrement.

2. Vision client à 360° partagée

Se connecter en simultané à plusieurs sources d’information et restituer une donnée consolidée à tous les acteurs en interne

Pour que votre logiciel soit l’image fidèle de votre connaissance client, toute la comptabilité client doit être intégrée. Cela implique de disposer du détail des crédits ouverts, des avoirs, des opérations diverses, effets à recevoir, acomptes, montants en garantie, etc., ainsi que le détail des lettrages partiels.
Par ailleurs, les informations extra-comptables complètent la connaissance financière du client et du risque associé : commandes en cours, « livré à facturer », cautions, encours autorisés, garanties, scores…

Cette vision à 360° permet une restitution claire auprès des utilisateurs, évitant la navigation entre les applications. La synergie entre les équipes est accélérée et les acteurs ont toutes les cartes en main pour prendre les bonnes décisions.
Pour cela, le logiciel doit être en mesure de récupérer les données provenant de tout type d’application amont (ERP, CRM, GED, connecteurs tiers) et de plusieurs systèmes d’information, puis de disposer de la capacité à les retraiter et consolider utilement.

GED intégrée
Le logiciel doit pouvoir se connecter à la GED de votre entreprise. Cet aspect vous permet de pouvoir exploiter un ensemble de documents au sein de l’outil et de pouvoir les partager entre utilisateurs.
Le gestionnaire peut ainsi relancer rapidement en joignant une facture accessible via votre logiciel.
L’outil doit aussi être capable de rattacher automatiquement des documents (bons de livraisons, factures) à un mail ou un courrier, que le document provienne de votre GED ou de celle de l’application. Il doit aussi pouvoir ajouter de nouveaux documents sur un compte, une écriture ou un groupe d’écritures ou lié à une réclamation.

(GED : Gestion Electronique des Documents)

La plus-value de Cash & Credit

Vision à 360° : intégration complète de tous types d’écritures comptables et extra-comptables.

Zones et intégrations paramétrables.

Multi-ERP, multi-filiale, multi-source, connexion multi-GED.

Capacité à consolider un client transverse à plusieurs filiales de votre groupe disposant d’ERP différents.

Multi-GED – l’utilisateur accède aux différentes ressources de manière transparente : il accède aux documents stockés dans la GED intégrée au logiciel, ou dans sa propre GED, ou les deux simultanément.

Accès dynamique : dans le cas d’une utilisation de la GED de votre entreprise, vos documents n’ont pas besoin d’être dupliqués sur Cash & Credit.